RESPIRER...
Respirer, l'air est si bon et porte tant de vertus,
dont le première, LA VIE !!!

Chaque matin un de mes premiers plaisirs est de RESPIRER,
dès que j'ouvre la porte de mon immeuble,
la première bouffée d'air de l'espace illimité,
sans plafond,
dans lequel je rentre.
Cet air partagé par tous de tout temps,
moléculaire où se mêlent parfums et pensées,
sueurs et chagrins, des êtres,
cet air mon parent,
cet air frères et soeurs à poils, à plumes, à feuilles et à cristaux,
cette première bouffée projette instantanément dans mon esprit
une image sensuelle qui émoustille mes EN-VIES...

Hier soir, l'épreuve du feu, je me retrouve après une journée de travail...ennuyeuse,
vidé, fatigué, assombri dans ma te-tête, perte de lucidité, désir de combler une perspective de vide qui se dessine...Petite dérive qu'une nuit salvatrice de sommeil nettoyera.
Le supermarché en travers de mon chemin de retour, ses contre-allées remplies de victuailles industrielles, E562, E740, E186, colorants et exhausteurs de goûts, comme si la vraie vie n'était que fade et grise...
Je limite les dégâts, me lâche un peu, grille quelques cartouches, je ne me suis pas livré tout cru aux mâchoires de l'insensible OGRE Miam-Miam & Glou-Glou, codes barres de prison et cie.
J'échappe à l'étreinte du Minotaure, je fuis l'entrée du labyrinthe, ne me laisse pas séduire par ses promesses...
Cette nuit, j'ai retrouvé, à travers mes rêves, les chemins de traverse, je tiens précieusement la clé des champs rangée dans mon coffre-coeur, encore une fois, j'ai ouvert la porte des vallons amoureux et des sentiers battus par les herbes folles, les fleurs des champs; des vols d'oiseaux m'ouvrent la voie, leurs battements d'ailes autant de saluts, je vais, je suis le vaste univers bleu, vert, ma marche une danse, je respire, J'ASPIRE.

Grobelix for ever