Ola,

je vis loin de ce blog, mais ma préoccupation concernant mon poids subiste comme la braise.

Je fais du sport, je mange moins BIO, je rêve plus, je craque, je suis vertueux, je suis pourceau, je résiste, je lutte, je m'effondre, je me relève, j'aspire, je respire, j'etouffe, j'y crois.

Ce soir, goinffre partie, cocotte-minute, je lâche du lest au dieu Lard...

Je réponds donc, à cette baffrerie;
et bien si je ne suis pas sous ces fameux 80, le 4 juin, je ne mangerai pas cette mythique bouillabaisse que je souhaite apprécier quand j'aurai l'occasion d'aller vers le sud, au déjeuner, je croyais que c'était un acquis, comme un dû...
Bahhh, c'est décidé, l'arbitrage est là, sois globalement je l'emporte, soit je reste trop dans le flou, côté volonté de maîtriser mes pulsions gourmandes, donc pas de tiède clémence.

Boulibouftoutbélix